Se nourrir dans les limites de ses moyens

Les Monts Albains au sud-est de Rome
https://eatforum.org/content/uploads/2019/02/EAT-Lancet_PHD_Plate_RGB-02-940x940.png
Le régime “sain planétaire” préconisé par EAT Forum

Il y a tout juste deux ans paraissait dans la célèbre revue médicale britannique The Lancet les résultats d’une grande étude intitulée “Food in the Anthropocene” (aussi avec une version plus grand public et en français ici). Publiée par une équipe de 18 spécialistes de 16 pays différents, son but est de déterminer un régime alimentaire qui soit à la fois sain pour les êtres humains et durable d’un point de vue environnemental. L’introduction rappelle bien sûr qu’encore aujourd’hui, des millions de personnes manquent tout simplement de nourriture et que bien davantage encore souffrent de malnutrition. Cela est d’autant plus malheureux que la production de nourriture contribue pour une très large part (peut-être la plus large parmi toutes les activités humaines) au changement climatique, à la perte de biodiversité, à la déforestation, à la pollution des sols et des eaux et à la perturbation des cycles du phosphore et du nitrogène (pour tous ceux qui ont fait un bac L, phosphore et nitrogène sont super importants pour les humains et *spoiler* la perturbation de leur cycle – par les engrais de synthèse – c’est super grave). Bref, le drame existentiel de notre époque : plus on se développe, plus on consume les moyens de notre développement, plus on est contraints de chercher loin les ressources nécessaires à notre développement (principalement auprès de populations qui ne ne peuvent pas se payer le luxe d’être trop regardantes sur les conditions d’exploitation de leurs ressources naturelles).

Cette étude était annoncée, dans la même revue, le mois précédent, par un article annonçant la “grande transformation alimentaire du 21ème siècle” et qui commence par pointer du doigt que, pour la première fois en 200 000 ans d’histoire humaine, nous sommes sévèrement en décalage avec la nature et avec notre planète. Je ne suis pas en désaccord fondamental avec cette assertion mais, si notre époque a, sans aucun doute possible, atteint un certain point de rupture, est-ce que nous sommes vraiment les premiers à être en décalage avec notre environnement ?

Dans son environnement immédiat, Rome ne peut compter que sur une mince bande côtière (et souvent occupée par des marais saumâtres) pour la culture de céréales, pourtant essentielles à l’alimentation de sa population.

L’explosion démographique de Rome à partir du IIIe siècle avant J.-C. est bien sûr difficile à comparer avec celle que nous vivons depuis les années cinquante, mais à la mesure du monde antique et d’une société préindustrielle, elle demeure unique et constitua un défi majeur pour les autorités en charge de l’approvisionnement de la cité. Bien que nous manquions de données démographiques précises, on estime que du IIIe siècle avant au Ier siècle après, la population de Rome, l’Urbs, double tous les siècles pour atteindre environ 1 million d’habitants sous Auguste. Et cette population doit bien être nourrie, sous peine de provoquer des émeutes que redoutent tous les dirigeants de la République à l’Empire et dont les auteurs antiques relatent souvent la violence. La base du régime, alors, ce sont les céréales (et aussi très certainement un peu les légumineuses). Mais le problème de Rome, c’est que son territoire immédiat n’est pas une grande plaine céréalière comme c’est le cas pour Paris qui connut aussi une croissance rapide des siècles plus tard et put être largement approvisionnée par la Beauce et la Bourgogne. La capitale de l’Empire se situe au contraire dans une vallée, celle du Tibre, ceinturée à l’ouest par la mer et dans toutes les autres directions par des collines qui se transforment assez rapidement en montagne.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/87/Eugene_Guillaume_-_the_Gracchi.jpg
Les Gracques, deux frères et hommes d’Etat Romain du IIe siècle avant J.-C. ont essayé sans beaucoup de succès de réformer le système agraire Romain (buste d’Eugène Guillaume, XIXe s., Musée d’Orsay)

Pour remédier à cet épineux problème, l’Urbs a recours à une solution en deux temps. Je m’explique. Sans doute de façon irrégulière dès le début de l’ère républicaine (à la toute fin du VIe siècle avant J.-C.) puis systématiquement avec la conquête de provinces comme la Sicile, l’Afrique du Nord ou l’Egypte, de grandes quantités de céréales sont importées pour nourrir la population urbaine, mais aussi l’armée qui prend une importance croissante. Au départ, bien sûr, le grain est acheté à des nations étrangères mais au fur et à mesure que l’Empire s’étend, les livraisons de blé prennent la forme d’un impôt dû par les provinces à la capitale. Ce mécanisme est mis en place avec la conquête de la Sicile en 241 avant J.-C. et c’est le premier temps de la solution. Car les Romains, comme n’importe qui à leur place, trouvent naturellement que c’est quand même bien mieux de se faire livrer du blé gratuitement plutôt que de le payer. C’est donc là qu’intervient le deuxième temps de la solution : avec le développement de l’Empire, Rome attire de plus en plus de monde et vit une explosion démographique alors sans précédent. Il faut donc de plus en plus de céréales pour nourrir tout ce monde et la solution est donc de faire plus de conquêtes, pour contrôler plus de régions, qui pourront fournir plus de grains, qui nourriront plus de gens qui affluent à Rome pour profiter des retombées du succès de l’Empire, qui doit alors faire plus de conquête pour les nourrir. Bref, on n’en sort pas. Rome est prise dans une logique d’expansion qui ne s’arrête qu’au IIIe siècle après J.-C. et doit toujours chercher plus loin les ressources nécessaires à son développement.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d5/Bateau_romain.jpg
Reconstitution de la construction d’un bateau romain, basée sur le modèle de l’épave des Laurons (anse de Fos), qui date de la période 160-180 après J.C. (musée d’histoire de Marseille)

Mais dans ce beau schéma, les Romains ont quand même une grosse contrainte à surmonter qui est la distance. Or le temps de parcours peut se révéler une donnée assez cruciale quand on transporte des denrées périssables. Pour le grain, l’huile ou le vin, ça peut encore aller et ces produits font l’objet d’un traffic monstre en Méditerranée romaine. Mais c’est déjà plus difficile d’importer sa salade et ses poireaux de Turquie si on veut qu’ils soient à peu près consommables à Rome. Un autre système productif se développe donc dans les environs immédiats de l’Urbs pour alimenter l’immense marché urbain en produits frais. Celui-ci n’est toutefois pas directement destiné à remplir les ventres affamés, mais plutôt à flatter les Romains sur leurs capacités à concentrer toutes les richesses du monde. C’est un business très rentable qui justifie de se lancer dans la culture des cerises ou des pêches, fruits exotiques ramenés d’Orient. Les sénateurs Romains n’aiment cependant pas trop les poires blettes et il faut cultiver très près de la ville pour pouvoir acheminer des produits bien frais. Le problème, c’est que ce territoire-là est déjà bien exploité et la seule solution face au manque de place est d’intensifier l’agriculture, principalement en irrigant massivement et en apportant un maximum d’engrais. Cela suppose à la fois des investissements importants pour se procurer de l’eau (la campagne romaine est pleine d’aqueducs privés et de citernes) et un développement de l’élevage pour récupérer les matières fertilisantes nécessaires. La pression foncière s’intensifie, la moindre parcelle entre deux tombes au bord d’une route est cultivée, le prix du mètre carré grimpe en flêche. Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que ces cultures établies sur des parcelles relativement étroites (on trouve aussi des grands propriétaires, ceci dit) n’ont pas pour but d’assurer la subsitance de Rome à proprement dit, qui est davantage assurée par les importations de grain, mais de fournir une alimentation riche, diversifiée, parfois de grand luxe, à l’élite du monde antique : la population urbaine de Rome.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d9/Via_appia.jpg
Il faut imaginer un paysage de tombes, de jardins maraîchers et d’animaux patûrant dans les fossés, le long de la Via Appia au sud de Rome.

Alors, les Romains étaient-ils en décalage avec leur environnement? Il est certain que la ville même de Rome avait atteint des proportions telles que les ressources de son propre territoire, son “hinterland”, ne suffisaient pas à remplir les ventres affamés et qu’elle dut trouver ailleurs les moyens de sa subsistance et de son développement, laissant l’hinterland ouvert à un agrobusiness très rentable. Mais le propre de cette cité, d’abord insignifiant confetti au bord de la Méditerranée, est de s’être constitué un Empire afin de maîtriser un environnement qui représentait “sa” planète. Pour notre part, nous ne pouvons malheureusement pas reprendre à notre compte la solution mise en oeuvre par les Romains. Et comme nous ne pouvons pas importer de céréales d’une autre planète que la nôtre, il faudra bien en passer par un “grand changement”.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/04/2021

    […] sur les ressources est une donnée qui doit être située dans le temps et dans l’espace. Selon les lieux et les époques, les Romains durent faire face à des pressions de ce type, en particulier sur les terres les mieux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search