Retour d’expérience : tenter (et obtenir) un post-doc Marie Curie

www.casadevelazquez.org/fileadmin/_processed_/8...

Un matin de février 2017, j’ai pleuré d’émotion (véridique, mais je pleure facilement) en trouvant dans ma boîte mail un message de félicitations pour l’obtention d’une bourse individuelle Marie Sklodowska-Curie. Quelques mois plus tard, nous débarquions avec ma petite famille pour deux ans à Oxford. Cette expérience a pour moi été décisive, m’a permis de réaliser un rêve et de m’affranchir de beaucoup de blocages qui me gênaient dans mon travail (perfectionnisme, syndrome de l’imposteure et compagnie…). Pourtant, je ne partais pas gagnante d’avance, je n’étais coachée ni par mon institution de départ, ni par celle d’arrivée. Mon dossier de publications était plus mince que je ne l’aurais souhaité et j’ai rédigé mon projet avec un nouveau-né dans les bras. A ma grande surprise je l’ai eu, donc je peux dire que ça se tente !

Peut-être qu’avec plus de recul, je trouverai à redire aux actions Marie Curie (il y a les Individual Fellowships, Global Fellowships…), mais pour le moment, je ne vois (presque) que des choses positives, du dossier de candidature à l’évaluation, en passant par le déroulement du fellowship. Je ne suis pas payée pour faire de la pub, notez bien, mais parmi toutes les candidatures que j’ai pu faire, dans différents pays, pour des post-doc ou des postes permanents, c’est de loin celle qui m’a semblée la plus juste et la plus transparente. Ceci dit, la Commission Européenne étant quand même une énorme machine à gaz, les informations ne sont pas forcément faciles à trouver et j’espère que ce post pourra faciliter la tâche à des futur-e-s MC Fellows.

Une difficulté majeure : maîtriser la langue (celle de Bruxelles, en plus de celle de Shakespeare)

La plupart des gens qui ne postulent pas sont en fait découragées par la langue à employer : l’anglais, c’est vrai, mais l’anglais des projets de recherches. A vrai dire, ce n’est pas seulement la langue de Bruxelles, mais celle de tous les dossiers qu’on doit présenter en anglais, évidemment pour obtenir des financements européens mais pas que : si vous voulez aller étudier/travailler à Uppsala, il y a de fortes chances qu’on vous fasse grâce du dossier en suédois, mais alors il faudra quand même le faire en anglais.

File:Belgique - Bruxelles - Schuman - Berlaymont - 01.jpg
Avec des experts de toute l’Europe, c’est plutôt le globish que l’anglais qu’il faut manier.

En ce qui concerne la langue de Shakespeare, si vous n’êtes pas trop à l’aise et/ou rouillé-e-s, il faut impérativement vous faire relire. Mais là, ce n’est pas la peine d’aller chercher un natif du Kent : les expert-e-s qui évaluent les dossiers viennent de tous les pays de l’Union et se faire relire par un-e français-e (un-e espagnol-e, un-e turc-que, un-e hollandais-e…) qui maîtrise correctement l’anglais suffit amplement, encore mieux si c’est quelqu’un qui est habitué à rédiger des projets internationaux. Et pour se familiariser avec le vocabulaire si imagé des projets de recherche, le mieux est de se plonger dans un projet qui a fonctionné et de noter les formules qui vous correspondent le mieux.

Trouver LA bonne idée

Pour trouver une bonne idée, pas de mystère, il faut bien réfléchir. Ce qu’on demande aux candidat-e-s, c’est de cibler une question méthodologique ou historiographique importante, voire cruciale, dans leur domaine et proposer une solution innovante pour y répondre. Pour ça, une très bonne stratégie est de réfléchir à un sujet de post-doc pendant sa thèse afin d’identifier une telle question. Je dis pendant la thèse, mais la bourse MC n’est pas ouverte qu’aux jeunes chercheur-se-s, en fait on peut postuler tout au long de sa carrière. Pour ma part, j’ai postulé après un premier post-doc et je connais des gens qui ont eu plusieurs MC à différentes étapes de leur carrière.

Il faut aussi savoir que l’interdisciplinarité est très fortement valorisée. Après, je suis d’accord qu’il y a parfois quelque chose qui paraît un peu artificiel ou forcé dans cette exigence d’interdisciplinarité, mais il ne s’agit pas nécessairement de croiser science dure et science humaine : dans mon cas, c’était histoire et droit, par exemple.

Et bien sûr, idéalement, il faut avoir un projet dont la réalisation tienne en deux ans, donc ne pas être trop fantaisiste sur la somme de travail. Il ne s’agit pas d’impressionner le panel d’expert-e-s : personne ne croira qu’en 24 mois, on peut publier 4 articles dans des grosses revues, écrire une monographie, et publier les actes d’une conférence, tout ça en apprenant le sanskrit. En même temps – délicat dosage – il faut quand même être ambitieux-se et tabler sur des résultats de haut niveau (par exemple, proposer au moins une publi dans LA revue la plus importante de votre discipline). Bien doser réalisme et ambition, donc. Pour ma part, j’avais prévu 3 articles basés sur mes 3 cas d’étude et l’organisation d’une conférence de synthèse. D’autres proposent une monographie, souvent à partir d’éléments sur lesquels ils ont déjà rassemblé de la documentation ou commencé à réfléchir.

Où aller et avec qui travailler ?

C’est un aspect très important du projet de recherche. On demande aux candidat-e-s non seulement que 1) l’équipe qu’ils intégreront leur apportera quelque chose qu’ils n’ont pas déjà acquis dans leurs expériences de recherche passées, mais encore 2) qu’eux-mêmes apportent à l’équipe d’accueil une compétence qui y fait défaut. Dans certains cas, c’est un peu la quadrature du cercle et il faut se creuser la cervelle, mais les expert-e-s doivent noter cet aspect et si vous ne proposez rien de convaincant, il y a peu de chances que le projet passe. Evidemment, tout le monde n’est pas spécialiste d’un langage informatique révolutionnaire. Mais c’est une bonne occasion de réfléchir à votre spécialité et à ce qui fait que votre du profil peut se distinguer d’un autre : ça peut être une compétence technique ou tout simplement le fait d’avoir mené une réflexion sur une problématique donnée. L’essentiel étant d’apporter quelque chose à l’institution hôte.

Il est également important de bien choisir l’équipe qui vous accueillera. Les fellowships MC ont vocation à financer des projets qui orientent véritablement une carrière et qui la booste. Bien sûr, il est plus facile de s’orienter vers des gros centres universitaires qui ne manqueront pas de vous apporter quelque chose, ne serait-ce qu’en terme de réseau. De ce point de vue, il est compréhensible qu’Oxford et Cambridge se taillent la part du lion. Personnellement, je n’ai pas pris de risque, puisque j’ai proposé de travailler avec un historien très connu dans mon domaine. Mais il peut aussi être stratégique d’aller vers des équipes plus nouvellement constituées mais très prometteuses, ou qui développent une méthodologie vraiment unique. Dans tous les cas, il faut proposer un-e supervisor crédible, avec une activité internationale bien identifiée.

Tourner ses (supposées) faiblesses en arguments

Mais, dans le même ordre d’idée, j’ai appris en rédigeant ce type de projet qu’on peut toujours essayer de tourner ses points faibles à son avantage. Par exemple, si vous pensez n’avoir pas assez de publications – un point toujours évalué en fonction de l’avancement dans la carrière – il faut bâtir son argumentation sur l’opportunité que va vous offrir le fellowship de pouvoir soumettre dans une grande revue ; si vous n’avez pas un super réseau, vous expliquerez que le fait d’aller travailler avec la Professeure Tartempion, à l’Université de Bouzy-les-Lacs, va vous permettre d’étendre votre réseau international ; etc…

En tous cas, je ne pense pas qu’il faille chercher à cacher les éventuelles faiblesses de votre profil. Des faiblesses, tout le monde en a, c’est évident, et on ne peut pas tous se targuer d’avoir coché toutes les cases en temps voulu, mais il y a peu de chances que ces faiblesses échappent à la peer review. Donc, au contraire, il faut montrer que vous en êtes bien conscient-e-s et que seule une bourse Marie Curie vous permettrait d’y remédier !

Rédiger un projet 100 % cohérent

Une des grandes clefs est vraiment là… Votre projet doit être bien pensé et former un tout TRES cohérent : votre profil, votre plan de carrière, le sujet, le questionnement, les résultats attendus, la méthodologie employée, les collaborations envisagées, tout doit se répondre et paraître logique. Les trois parties Excellence / Impact / Implementation sont en effet évaluées séparément pour la notation, mais la cohérence d’ensemble est largement prise en compte dans cette notation.

La cohérence est importante parce qu’il faut bien avoir à l’esprit que vu la compétition, TOUT, absolument TOUT compte, dans le projet que vous allez rédiger. Par exemple, un aspect qui semble typiquement anecdotique, la communication envers le grand public, peut faire perdre des points vraiment importants. Il faut donc tout peaufiner jusqu’à ce que l’ensemble vous semble parfait.

La procédure d’évaluation

Alfonso cuaron sandra bullock GIF - Find on GIFER
Une experte auprès de la Commission Européenne en plein dépassement de dead-line

Par la suite, j’ai été contactée en tant qu’ancienne fellow pour faire partie du panel d’expert-e-s qui évaluent chaque année les candidatures. J’ai accepté entièrement par curiosité et je dois dire que je n’ai pas été déçue ! J’ai été un peu désarçonnée au début par la pression que nous mettaient les fonctionnaires de Bruxelles. Après explication, j’ai compris que c’était eux qui avaient la pression puisqu’ils doivent synchroniser le travail de 5000 expert-e-s (si, si ! vous avez bien lu) réparti-e-s dans les 27 Etats de l’UE (+ encore la Grande-Bretagne, au moins l’année dernière), pour évaluer en juste 6 semaines 11.000 projets scientifiques (là aussi, vous avez bien lu : 11.000) dans toutes les disciplines, de la physique quantique à la poésie néo-latine. Et le moindre dépassement de dead-line pour la remise des rapports entraîne une sorte de réaction en chaîne façon Gravity, parce que chaque candidature est évaluée indépendamment par trois expert-e-s qui échangent ensuite (tout se passe en ligne bien sûr) pour harmoniser leur position. Comme les projets sont en général assez interdisciplinaires, il faut parfois un médecin, une historienne et un spécialiste d’anthropologie funéraire (combinaison extravagante que j’ai vécue de l’intérieur!) pour évaluer correctement un dossier. Et d’ailleurs, c’est très utile parce que sur des dossiers où il y a beaucoup de sciences dures, personnellement je me laisse assez facilement convaincre par des graphiques que je ne sais même pas comment lire, jusqu’à ce que vrai-e-s mathématicien-ne-s/ chimistes/ biologistes viennent rectifier le tir.

Enfin, dernière étape, le rapport d’évalation que reçoit chaque candidat-e est assez précis pour comprendre où un projet a brillé et où il a péché. Vous pouvez voir les critères d’évaluation en p. 27 de ce PDF. En fonction du score obtenu, ce rapport peut aussi permettre d’améliorer le projet pour le soumettre à nouveau l’année suivante.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search