Ce que l’empire romain peut offrir à l’histoire environnementale. Ce que l’histoire environnementale apporte à l’action écologique.

La conquête de la vallée d’Aoste, en 25 avant J.-C., permit à Auguste de mettre la main sur les gisements aurifères des Salasses, de contrôler les cours d’eau permettant d’irriguer les cultures des 3000 vétérans installés dans la colonie d’Augusta Praetoria et de faire 40.000 prisonniers vendus en esclavage (Strabon Geographie 4.6.7)

Éloignées dans le temps, appartenant à un monde préindustriel, les sociétés antiques nous apparaissent comme sans grande résonnance avec la crise environnementale actuelle. En effet, qu’est-ce que l’étude de sociétés si différentes dans leur organisation sociale, dans leurs croyances, dans leurs besoins et dans les solutions qu’elles mettent en place pour y répondre, peut bien nous apporter face aux nécessités du présent ? Est-ce que ce n’est pas un luxe inutile (et coûteux) de se demander comment les Grecs ou les Romains exploitaient leurs ressources naturelles? Je pense au contraire que l’histoire antique, en particulier l’histoire romaine avec sa composante impérialiste, peut offrir de nombreux éléments utiles à la réflexion et à l’action sur la crise actuelle.

D’abord, comme les modèles anthropologiques par leur éloignement dans l’espace, les civilisations de l’antiquité, par leur éloignement dans le temps, constituent des clés pour identifier et remettre en question nos présupposés. Pour établir que notre société est « naturaliste », Philippe Descola a ainsi dû étudier le rapport à la « nature » d’un groupe humain différent du sien, que sont les Jivaro Achuar d’Amazonie équatorienne. Ses observations anthropologiques sont d’une portée capitale pour comprendre que l’opposition nature/culture n’est pas inhérente aux sociétés humaines mais est propre à une vision occidentale du monde. C’est donc en passant par l’autre que l’on peut déterminer ce qui constitue notre identité.

Une famille Jivaro sur les rives du Haut-Marañón (Amazonie) vers 1901. Les travaux de Philippe Descola mettent en évidence que notre société occidentale est “naturaliste”, alors que d’autres sont animistes ou totémistes.

De même, les modes d’exploitations des ressources naturelles dans l’empire romain varient considérablement selon les époques et les lieux. Comprendre et expliquer pour quelles raisons, avec quels objectifs et quels moyens cette exploitation était conduite permet de comprendre et de rappeler que l’exploitation des ressources et des milieux n’est pas le produit de lois éternelles et inaltérables, mais résulte de choix et de priorités, au Ier siècle comme au XXIe, comme je l’écrivais déjà ici. Nous pouvons donc utiliser l’empire romain comme un “autre”, et cette altérité doit nous aider à nous questionner sur nos propres choix de société, et à nous demander si les solutions que nous adoptons en matière de gestion de notre environnement sont réellement inévitables.

Je pense ensuite qu’en tant que modèle historiographique, le monde romain a beaucoup à offrir à la réflexion contemporaine sur le contrôle et l’exploitation des ressources naturelles, en particulier dans le cadre de politique impérialistes et d’une forme de pression sur les ressources. Là encore, la pression sur les ressources est une donnée qui doit être située dans le temps et dans l’espace. Selon les lieux et les époques, les Romains durent faire face à des pressions de ce type, en particulier sur les terres les mieux situées pour alimenter les marchés urbains ou l’armée. Le contrôle de terres fertiles ou propices à l’élevage, le contrôle des minerais ou des matériaux de construction étaient donc au cœur de la politique impérialiste de Rome qui s’appuyait pour cela non seulement sur l’emploi de la force militaire, mais aussi sur un ensemble de moyens culturels, idéologiques, ou structurels comme le droit.

Les Romains exportaient vers les provinces leur propre système juridique, comprenant des règles d’exploitation des ressources naturelles (ici, la charte municipale de la colonie d’Urso, Musée national d’archéologie, Madrid).

Progressivement adopté par tous, le droit romain demeure cependant le droit du vainqueur, c’est-à-dire un ensemble de règles qui organisait les fruits de la conquête, et notamment les ressources naturelles. Et dans un système très largement déséquilibré au profit des Romains, sa force obligatoire s’appuyait non pas seulement sur une autorité légitime reconnue par tous, mais (au moins en partie) sur la loi du plus fort. Il me semble donc que l’empire romain peut fournir une grille de lecture utile pour s’interroger sur la légitimité actuelle de règles juridiques internationale établies le plus souvent au profit des investisseurs des pays développés et qui sont au fondement de l’exploitation des ressources naturelles dans les pays en développement.

Enfin, de façon sans doute plus immédiatement utile à l’action écologique, il est fondamental de rappeler que l’empire romain a laissé une très forte empreinte dans le système juridique actuel de nombreux pays. Redécouvert en Occident latin au XIIe siècle, diffusé tout au long du Moyen-Âge et de l’époque moderne dans les différents pays d’Europe, puis par le biais de la colonisation en Afrique ou en Amérique, on retrouve son influence aussi bien en France, qu’en Afrique du Sud ou au Mexique. Or, le droit est une construction humaine qui résulte de décisions et reflète les objectifs, les croyances et les conceptions d’un groupe situé à la fois dans le temps et dans l’espace. Bien que la force du droit romain réside précisément dans cette capacité d’adaptation à des situations très différentes, il ne faut pas perdre de vue que les règles que nous connaissons ont été élaborées du IIe siècle avant au IIIe siècle après J.-C., d’abord pour l’talie centrale puis pour le reste de l’empire. Les bouleversements actuels doivent donc nous conduire à réfléchir à la place que nous souhaitons faire à cet héritage dans nos propres systèmes juridiques.

Cela revient à se demander quels aspects du droit romain ont encore leur place à l’heure actuelle, et lesquels doivent être repensés, voire retirés. Je prends un exemple actuel, en France. Nos ressources en eau sont régies par une multitude de règles, parfois contradictoires, parce qu’elles proviennent parfois tout droit du droit romain (notamment via le travail de codification juridique de l’époque napoléonienne) et que ce dernier ne protégeait pas la ressource elle-même. Le travail des juristes romains consistait à développer des solutions pour protéger les différents usages (agricoles, industriels, de loisir…) des ressources en eau, sous ses différentes formes (cours d’eau, précipitations, ruissellements…). Les règles régissant nos ressources en eau sont donc éparpillées entre le Code de l’environnement, le Code des collectivités territoriales, le Code pénal… Cette pluralité de statuts est peu compatible avec une protection unitaire de la ressource elle-même, dont nous avons pourtant besoin aujourd’hui. La loi pour la Reconquête de la Biodiversité, de la Nature et des Paysages (RBNP), adoptée en 2016, revient sur cet héritage du droit romain pour protéger, non pas seulement les riverains des éventuelles nuisances engendrées par une nouvelle activité économique ou un nouvel équipement, mais également les écosystèmes. Doivent donc désormais être évalués et indemnisés les dommages causés par une usine, un parking ou un aéroport à une prairie, à une zone humide ou à une rivière. L’adoption de cette loi est une véritable révolution (du moins du point de vue théorique, car sa mise en oeuvre en pratique pose toujours question) qui montre aussi l’importance d’une réflexion sur notre héritage, sur ce que nous voulons en retenir pour le futur et ce que nous voulons mettre dans un musée.

Quelques références bibliographiques sur le droit actuel de l’eau en France et la nécessité de l’uniformiser pour répondre aux enjeux de la crise environnementale :

Chiu, Victoria. « Le droit de l’eau en France ». In Encyclopédie de l’environnement, n. p. Université de Grenoble, 23 mars 2018. https://www.encyclopedie-environnement.org/societe/droit-eau-en-france/.

Duhautoy, Franck. « Statut juridique de l’eau, vers un dépassement de la dichotomie chose commune / bien? » In La propriété à l’épreuve de la mer, Actes du colloque de Brest (2-3 juillet 2015), édité par Cécile de Cet Bertin et Jean Boncoeur, 123‑44. Aix-en-Provence: Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2018.

Dupont, Valérie, et Marthe Lucas. « La loi pour la reconquête de la biodiversité : vers un renforcement du régime juridique de la compensation écologique ? » Cahiers Droit, Sciences & Technologies, no 7 (2017): 143‑65.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search