Faire ou ne pas faire un post doc à l’étranger ?

Lorsque j’ai commencé ma thèse en histoire romaine en 2009, il ne faisait presque pas de doute qu’avec une bonne thèse, un nombre raisonnable de publications (on disait trois articles à l’époque) et un réseau, même local, à peu près potable, on décrochait un poste de maître-sse de conférence (MCF) sans trop de difficulté. Mon directeur de thèse, qui est de la génération pour laquelle c’était peut-être encore vrai, le croyait et je lui faisais confiance.

Je débutais.

File:Galaxy, artist view - Galaxie, vue d'artiste.png - Wikimedia Commons
Le site des recrutements des personnels du supérieur est nommé “Galaxie”. C’est un tout petit peu ironique parce que, de fait, c’est quand même très simple de s’y perdre. Heureusement qu’une sympathique (et certainement bénévole) Voyageuse Galactique a écrit un guide pour s’y retrouver.

Finalement, lorsque j’ai (enfin) fini ma thèse, la première campagne où j’ai été qualifiée pour concourir comme MCF n’a vu sortir aucun poste en histoire romaine. Zéro. C’était la première fois qu’on voyait ça et ça me tombait dessus. Pas que sur moi d’ailleurs puisqu’on a dû être un bon paquet à se retrouver comme des noix cette année-là. La liste des qualifiés de 2021 compte environ 170 noms et ça ne devait pas être loin d’être la même chose en 2015 quand je me suis présentée pour la première fois. Alors évidemment, il y a des tonnes de critères, qui sont tous plus ou moins officiels, plus ou moins obligatoires et surtout qui changent tout le temps: être agrégé-e, oui, mais dans la bonne discipline (on ne va quand même pas prendre des Lettres Classiques en Histoire, hein!), être parisien-ne ou surtout ne pas être parisien-ne, être local-e ou bien surtout pas, attendre bien sagement son tour ou au contraire aller chercher fortune ailleurs avant de s’en retourner plein d’usage et raison, vivre entre ses parents le reste de son âge… Comme je n’avais aucun espoir de trouver un poste à court terme, j’ai décidé de me lancer dans un post-doc à l’étranger. Pour être entièrement honnête, je dois préciser que j’étais Prof certifiée quand je suis partie, et même si j’avais décidé que je ne retournerais plus dans le secondaire, savoir que je disposais de cette sécurité “au cas où” m’a quand même beaucoup aidée, au moins psychologiquement.

J’ai eu beaucoup de chance, c’est clair, parce que je suis très bien tombée pour mes deux post-doc, alors que j’avais choisi à peu près au pif, donc c’est possible de bien tomber. Mais c’est évident que ce n’est pas toujours le cas. D’abord, il faut bien distinguer les contrats de recherche où on est embauché pour effectuer une mission, et les projets que l’on propose à un comité d’évaluation pour obtenir un financement.

Dans le premier cas, des gros projets de recherche dirigés par un-e Principal Investigator (PI) lancent un appel pour recruter des chercheur-se-s, plus ou moins jeunes, nécessairement sans poste fixe et donc précaires. Bon, déjà. Là, d’après mes observations, tout va dépendre de la personnalité du-de la PI. Dans certains cas, les PI laissent beaucoup de libertés aux chercheur-se-s pour mener leur propre recherche au sein du projet. Dans d’autres cas, non. Mais ce n’est pas facile de le savoir à l’avance. Ça ne veut pas forcément dire que ça va être l’enfer, mais ça peut restreindre la capacité des jeunes chercheur-se-s à développer une “recherche indépendante” comme on dit dans le jargon des offres de postes. D’autant plus que les responsables de projets qui emploient beaucoup de jeunes chercheur-se-s, type ERC* ou autre, ne semblent pas toujours bien formés à la gestion humaine et peuvent se transformer (si, si, on en connaît) en véritables tyrans. Ça vaut donc le coup d’essayer de se renseigner discrètement à l’avance (ok, pas toujours simple).

Le deuxième cas est celui où on réussit à se faire financer un projet perso. L’avantage, déjà, c’est qu’on est son-sa propre chef-fe. Bon, dans beaucoup de cas, évidemment, on est surtout son-sa propre chef-fe pour se dire tous les matins de rédiger un projet pour le post-doc suivant, mais ça c’est un autre sujet ! Ceci dit et malgré le stress que représentent le fait de toujours chercher du boulot, le fait de ne pas savoir où on sera dans deux ans, les déménagements successifs (éventuellement avec une famille puisque les jeunes chercheur-se-s sont de moins en moins jeunes), je pense qu’il y a beaucoup de bonnes choses à y prendre, même pour des fellowships de courtes durées.

La première chose que j’ai apprécié a été de prendre confiance en moi et dans ma recherche. En restant en France, surtout à grenouiller dans l’université où j’avais fait ma thèse et/ou dans l’entourage de mon ancien directeur, j’avais toujours le sentiment d’être une étudiante, et pas vraiment encore une chercheuse. Evidemment, c’est accentué par le fait de ne pas avoir de poste et donc de ne pas avoir beaucoup de temps pour développer ses idées au-delà de sa thèse. En arrivant à l’étranger, je me suis sentie toute neuve, investie de cette identité de chercheuse avec laquelle je n’étais pas encore familiarisée. Il faut dire aussi que, que ce soit en Allemagne ou en Angleterre, les doctorant-e-s sont clairement plus assuré-e-s dans cette identité qu’on ne l’est en France. Et alors je ne vous parle pas des Américain-e-s ! Du coup, on se met au niveau, ce qui aide à acquérir une certaine posture.

Ensuite, j’ai vraiment apprécié de comprendre le fonctionnement de la recherche dans d’autres pays. Je me suis surtout rendue compte que l’herbe était toujours plus verte de l’autre côté de la colline (ou c’est de la vallée ?), et que contrairement à ce que je croyais -spoiler- c’est pas mieux ailleurs. En Allemagne et en Autriche, par exemple, presque pas de poste permanent et énormément de précarité. Alors, là, euh, comment dire… c’est un peu ce qui nous attend en France, mais on rit un peu jaune quand même quand les Allemands envisagent la France comme le paradis des conditions de travail dans la recherche…

Enfin, partir peut aussi permettre de se rendre compte de son potentiel, notamment dans des pays où le doctorat est très valorisé (la blague quand je suis arrivée pour mon premier post-doc, tout juste docteure, et que tout le monde m’appelait “Frau Doktor” ! Moi : “Mais de qui ils parlent ?!?” ). Ça fait un bien fou à l’égo et soudainement, on se dit qu’on est peut-être bon-ne à faire plein de choses en plus d’être chercheur-se ! Surtout quand on double son doctorat d’un profil international, du coup !

* ERC: European Research Council, l’agence européenne qui finance les plus gros projets inernationaux en Europe à l’heure actuelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search