Une critique féministe des mythes grecs est possible… si on veut bien la mettre en oeuvre

Les Anglais adorent l’histoire. Plus incroyable encore, ils adorent l’histoire ancienne ! Ils ont de supers émissions grand public, d’histoire et même d’archéo. Ils ont une vraie superstar – Mary Beard – qui est aussi une vraie historienne à Cambridge, qui fait déplacer des foules et vendre plein de livres. Et comme j’aime bien la vulgarisation de qualité, et que j’avais lu déjà pas mal de bouquins de Mary Beard, je me suis mise à écouter les podcasts et lire les livres de Natalie Haynes qui raconte à merveille les mythes grecs et la guerre de Troie. Toutes ces épopées m’avaient fascinée à la fac, mais bon, pour se spécialiser sur Homère et Eschyle, il fallait être forte en grec et j’ai lâché l’affaire. Passons. Mais si Natalie Haynes est une autrice vraiment intéressante, ce n’est pas seulement parce qu’elle maîtrise son sujet à la perfection et que manifestement elle l’adore, c’est surtout parce qu’elle s’approprie les épopées et les tragédies et les raconte du point de vue des femmes. Des personnages qui m’avaient alors paru assez secondaires (voire un peu fadasses) comme Pénélope, Hécube ou Chryseis ont alors pris une dimension que je ne soupçonnais pas. Elle raconte ainsi toute le siège de Troie et le retour d’Ulysse à Ithaque de cette façon dans A Thousand Ships qui m’a parfois émue aux larmes. J’ai voulu lire un autre de ses livres et j’ai choisi Pandora’s Jar, qui a un côté plus documentaire : chaque chapitre traite d’un personnage féminin non seulement dans les œuvres grecques et latines, mais aussi dans la réception artistique et littéraire jusqu’à aujourd’hui. Et c’est évidemment dans la façon dont elle décortique la réception des mythes que Haynes peut montrer comment ces personnages ont été malmenés, édulcorés et passés à la moulinette pour correspondre à ce qu’on attend d’une femme depuis la Renaissance, dans l’Occident cultivé, surtout dans le regard des hommes qui sont les auteurs de l’immense majorité des peintures, des sculptures, des livres, des manuels, des traductions qui forment ce corpus.

              Mais j’en viens au véritable sujet de ce post (car je n’écris pas seulement cet article pour vanter les mérites de Natalie Haynes). Pleine de l’enthousiasme que j’avais ressenti dans mes lectures d’étudiante en lettres classiques, il y a environ un siècle et demi, je me rappelle que Jean-Pierre Vernant a, lui aussi, écrit sa version des mythes grecs, sur un ton léger et facile à lire. J’ai toujours le bouquin, je le ressors et je me cale confortablement pour passer un bon moment. Mais là, grosse déception… Et c’est dur d’être déçu par ses idoles. Parce qu’en un siècle et demi, soit j’ai changé, soit Jean-Pierre Vernant a changé, mais rien n’est plus comme avant. Certes le monde grec ancien est un système patriarcal brutal où les femmes n’avaient que peu de liberté. Certes cela est reflété sans délicatesse dans les mythes et notamment dans les mythes de création que Vernant rapporte dans son livre, mais franchement, pas un petit mot critique quand il est question des femmes qui ont un « cœur de chienne et un tempérament de voleuse » ?  Peut-être des guillemets, qui auraient introduit une légère distance entre l’auteur et son propos ? Un tout petit commentaire pour souligner que le travail des femmes était en réalité essentiel à la production agricole et qu’elles étaient loin « d’avaler la récolte »  tandis que les hommes « transpiraient sur les champs » ? Évidemment, je comprends bien qu’il s’agit de discours rapporté, que ce n’était sans doute pas l’opinion de l’éminent helléniste, mais cette absence totale de distinction entre « voilà comment les Grecs voyaient les choses » et « voilà où je me situe » rend la lecture vraiment pénible[1]. Pourtant, ce livre je l’ai lu à 20 ans, et j’en ai même gardé un si bon souvenir que j’ai voulu le relire! Alors c’est sans doute finalement moi qui ai changé, et pas Jean-Pierre Vernant…

Je ne lui en veux pas, ceci dit. C’était un homme de son temps (il se permet même un petit clin d’œil à Mai 68 quand il évoque la guerre des Olympiens et des Géants), avec les méthodes et les présupposés de son temps. Mais, heureusement, les temps changent. La différence d’approche entre les deux livres est vraiment saillante dans le traitement réservé par chaque auteur à Pandore, la première femme, modelée par Héphaïstos et offerte par Zeus à Épiméthée. Pandora’s Jar est le titre que Natalie Haynes a donné à son livre, signe que Pandore, avec sa jarre (devenue une boîte sous la plume d’Érasme) et les maux qu’elle est censée avoir lâchés sur le monde, va constituer une pierre de touche de sa lecture des mythes grecs. Et on peut dire qu’elle en fait une démonstration éclatante. Haynes ne cherche pas à masquer le caractère naturellement misogyne du mythe raconté par Hésiode dans sa Théogonie, mais d’une manière satisfaisante à lire elle le critique, en montrant ce que le mythe a précisément de misogyne et pourquoi il est conçu ainsi. En fouillant dans la littérature antique, elle montre même que d’autres traditions que celle transmise par Hésiode évoquent une jarre pleine de bonnes choses (la confiance, la maîtrise de soi…) que Pandore laisse échapper, ce qui explique qu’elles soient si peu présentes parmi les mortels, tandis que l’espoir, resté dans la jarre, est l’une des bonnes choses que l’humanité a conservé. Cette tradition est notamment transmise par Ésope, selon lequel c’est d’ailleurs un homme curieux et avide qui aurait ouvert la jarre, et non Pandore. Savoir que différentes traditions cohabitaient donne une autre perspective, non ?

La création de Pandora, parée de tous les dons des dieux de l’Olympe avant d’être envoyée à Epiméthée (vase du Ve siècle avant J.-C. British Museum)

De son côté, Vernant (qui, à l’évidence, ne pouvait pas ignorer ces textes) passe environ six pages à décrire toute la voracité animale, alimentaire, et sexuelle de Pandora et de la femme en général, sa bestialité, son esprit de chienne. Et consacre, finalement, un paragraphe pour rappeler sa fécondité et sa beauté puisqu’elle a été créée à l’image des déesses immortelles.

C’est bien connu des archéologues, on ne trouve que ce qu’on cherche et manifestement, Natalie Haynes, une autrice dont on aura deviné l’inspiration féministe, a cherché. Et elle a trouvé. À l’évidence, Jean-Pierre Vernant cherchait autre chose et il a donc trouvé autre chose. Fair enough. Il n’empêche : le contraste entre les deux textes n’aurait pas pu être plus saisissant et je ne sais pas si j’ai vraiment envie de finir le bouquin. Maintenant que faire de mon ancienne idole ? Je ne suis pas du genre à brûler (peut-être que je devrais ?) mais c’est sûr que je ne lirai plus Vernant pour le plaisir mais pour trouver. Trouver des informations sur des sujets pour lesquels il a vraiment cherché, mais sur les femmes en Grèce ancienne ? Sans doute pas…

Quelqu’un m’a dit un jour en pensant me vexer : « Ah oui, vous remettez tout en cause, c’est encore l’idéologie féministe ! ». Parce qu’attribuer tous les bienfaits aux hommes et les maux aux femmes, ce n’est pas de l’idéologie ?


[1] En dix pages, Vernant n’utilise qu’une fois les guillemets : pour rapporter une expression d’Hésiode particulièrement peu flatteuse pour les femmes lorsqu’il évoque leur « croupe attifée ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search