Un déclic récent pour me protéger du syndrome de l’imposteur.e

Le syndrome de l’imposteur.e, c’est l’impression de porter le masque de la réussite avec l’angoisse d’être démasqué.e un jour dans toute sa médiocrité… (ici le fameux “masque d’Agamemnon” du musée d’Athènes – en réalité un masque funéraire mycénien – mais je ne sais pas si le chef des Achéens avait ce problème…)

C’est sans doute l’un des sentiments les plus partagés dans le monde académique, à quelque échelon que l’on soit de sa carrière, dans quelque domaine que ce soit, et même, et même : que l’on soit un homme ou une femme. C’est probablement plus répandu chez les femmes (supposition entièrement gratuite), mais je connais plein d’hommes qui ont le même problème. Après, c’est peut-être plus difficile à admettre pour les hommes ? C’est possible et ça fausserait mes statistiques. Mais ce n’est pas la peine de s’étendre sur le syndrome lui-même: on sait tou.te.s ce que c’est maintenant, des dizaines de livres sont disponibles, des centaines de podcast et sans doute des milliers de vidéo. D’une certaine façon c’est même rassurant de savoir qu’on est tou.te.s dans le même bateau. Ce n’est donc pas pour expliquer ni ce que c’est, ni pour démonter le mécanisme dans l’espoir (vain, complètement vain) de l’anéantir que j’écris ce post, mais pour expliquer un truc qui a finalement fait clic quelque part dans ma tête et qui m’a vraiment aidée sur ce front-là.

Comme beaucoup d’entre nous, peu importe les étapes que je franchissais, les diplômes, les publications, les postes, etc…Typiquement je n’arrivais pas à me convaincre vraiment, intimement, que ça allait, que je méritais d’être là où j’étais, d’être publiée, qu’on s’intéresse à ma recherche. C’est évidemment très classique.

Mais par ailleurs, il se trouve que j’aime bien les gens, et même que j’admire une foule de gens que j’ai croisés et qui ont eu l’occasion de juger mon travail. Et d’un coup (bon, ok, après des heures de visionnage de TedX sur le sujet), je me suis aperçue que d’éprouver ce sentiment d’imposture revenait en fait à complètement discréditer leur jugement, à ne lui accorder aucune valeur et en fait d’une certaine façon à leur manquer de respect. Horreur !

J’ai par exemple souvent suspecté que des gens, par pure gentillesse, peut-être par sympathie pour moi, me mentaient en me disant qu’ils appréciaient réellement mon travail. Peut-être en effet était-ce par pure politesse qu’ils me le disaient, mais leur attribuer ce genre d’attitude restait quand même une drôle de façon de leur accorder du crédit. Et en y réfléchissant, moi-même quand j’ai aimé un article ou une communication je le dis, mais quand je n’ai pas aimé, je ne vais pas prendre la peine de chercher l’auteur.e pour lui dire que j’ai aimé alors que ce n’est pas vrai. Ce ne serait ni très malin ni même très professionel de conforter des collègues sur une voie que je considère sans intérêt. Mais je me suis alors aperçue qu’en éprouvant le syndrôme de l’imposteure, je considérais tout simplement que les gens qui appréciaient mon travail et me le faisaient savoir n’étaient soit pas très malins, soit pas très professionnels puisqu’ils me confortaient dans une voie (supposément ou du moins j’avais tendance à le croire dans mon for intérieur) sans intérêt. Or ça, ça ne collait pas avec le respect que j’ai pour bon nombre d’entre ces gens. De façon intéressante, c’est donc la nécessité de résoudre ce paradoxe dans lequel j’étais bloquée qui m’a permis de progresser.

Bon, on est d’accord, ça ne résoud pas tout, évidemment… Trop de passif accumulé de toutes façons. Et puis, si besoin était, les peer-reviews sont toujours là pour me renvoyer régulièrement à l’immensité de ce que je ne sais pas et qu’il me reste à apprendre !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search