L’écriture inclusive dans les publications académiques, on commence quand ?

Je ne possède pas les droits de cette photo que j’ai trouvée sur un super site belge, mais pitié ne me jetez pas en prison, j’aime trop cette image.

L’écriture inclusive, on ne l’a pas apprise à l’école, c’est certain. Mais après tout, l’école ne m’a pas non plus appris à utiliser internet (trop vieille), ni à recoudre un bouton (trop jeune) et pourtant je sais faire les deux sans trop de problème. Comment ai-je appris ? Simplement en me lançant, comme beaucoup d’autres choses. Alors je me dis, il va bien falloir qu’on se lance dans l’écriture inclusive si on veut que ça commence et que ça prenne.

La première étape est bien sûre celle des emails. Fastoche, on commence en baby steps. D’abord en répondant en écriture inclusive à ceux-celles qui ont tiré les premier-ère-s, un peu à la façon d’un clin d’oeil grammatical. Puis on peut se donner des objectifs de plus en plus durs : les sympathisant-e-s, les collègues ami-e-s, et finalement les gens qu’on ne connaît pas trop et enfin pas du tout. Je fais une classe à part pour les messages collectifs qui sont aussi destinés à des non-francophones et qui peuvent valoir des Post Scriptum interrogateurs de correspondant-e-s étranger-ère-s qui ont beau feuilleter et re-feuilleter leur grammaire française mais qui se demandent toujours de quoi il retourne…

Ok, les emails, facile donc. Mais comme je l’ai dit, on n’a pas appris les règles de l’écritures inclusives puisqu’elles n’existent pas (hé hé, merci l’académie). Et c’est là qu’il faut se lancer, comme pour les boutons. Alors là, je dois admettre que je pars avec un handicap parce que l’orthographe est une religion en ce qui me concerne et qu’inventer les règles, plutôt que de suivre les règles, c’est à peu près comme un saut en parachute pour moi. Mais je prends mon courage à deux mains, et d’abord points ou tirets ? Perso j’ai opté pour les tirets parce c’est plus simple sur le clavier francophone (pour le point, il faut ajouter la subtilité d’enclencher la touche Maj). Alors c’est facile pour “tout-e-s ; déterminé-e-s ; convaincu-e-s”… Mais la langue française ne fait pas de cadeaux et c’est là que les accents interviennent. On pourrait céder à un facile “chères et chers collègues”. On pourrait. Bon, des fois je le fais. Mais, non me dis-je, un peu de courage ! Et allons-y pour “cher-ère-s collègues” ! Je déconseille un très malvenu “che-è-r-e-s collègues”… Mea culpa et toutes mes excuses aux destinataires de ce mail écrit dans un moment d’égarement. Un certain nombre d’accords sont faciles (merci les verbes du premier groupe) et on s’en sort très bien avec un des nombreux guides qu’on peut trouver en ligne (merci les belges et les québecois-e-s).

Pourtant la fatigue et la paresse peuvent vite faire revenir le naturel au galop… – “Pour ce dernier email de la soirée, j’ai vraiment, mais tellement la flemme de réfléchir à mes accords en écriture inclusive… J’utilise des points ? des tirets ?” Alors Dieu merci, il y a des planches de salut, sur lesquelles on peut fermement s’appuyer : les noms de métier féminisés. C’est ça du sûr, du solide : autrice (qui a l’avantage, par rapport à auteure, de bien appuyer là où ça fait mal même à l’oral), professeure, maîtresse de conférence, chercheuse… pas de de points ou de tirets ici, pas à se creuser (trop) la tête. Par contre je ressens toujours comme une petite lâcheté le fait d’utiliser des mots épicènes, c’est-à-dire qui ne changent pas selon le genre (artiste, fonctionnaire, collègue). Mais il faut aussi se ménager des fois.

Ça, c’était pour les emails. Maintenant les articles et le livre que je suis en train d’écrire (sur les risques hydrauliques dans l’empire romain, si vous voulez tout savoir)… C’est déjà une autre limonade. Je dois dire que je n’ai encore vu aucune consigne de revue ou de maison d’édition mentionnant l’écriture inclusive, ni pour l’encourager, ni pour la proscrire. Dans ce domaine, c’est “Don’t tell, dont’ ask”. Mais je n’ai pas non plus vu beaucoup d’articles l’utilisant, quand je réfléchis bien… Je ne me suis moi-même pas encore lancée et je dois dire que dans mes dernières publications, un peu gênée par le sujet, j’ai soigneusement sélectionné mes mots pour ne pas avoir à choisir. Ce post va donc constituer mon Rubicon car je ne vois pas comment je pourrai à l’avenir ne pas utiliser l’écriture inclusive, après avoir passé une heure à écrire sur le sujet plutôt que de me caler tranquillement devant Netflix comme tout le monde.

Une fois aguerrie aux accords et à la féminisation des noms, viennent cependant les problèmes liés à la discipline. Comme j’écris souvent sur le droit romain, je suis bien obligée de mener quelques vérifications avant d’écrire… Une femme pouvait-elle être propriétaire en droit romain et est-ce que je peux écrire “les propriétaires foncier-ère-s” ? (rhââ, en plus avec ce ¤@&# d’accent) Et comme il s’agit de droit privé, je parle souvent des particuliers. Mais je dois dire que je tique un peu à parler des particulières (en plus est-ce que ça veut vraiment dire la même chose?). Voilà, le changement, ce n’est pas simple, c’est du travail et de la motivation. Mais on n’a rien sans rien, ma bonne dame !

Pour tout dire, dans un chapitre en cours de rédaction, je me suis lancée. Je suis encore la seule à l’avoir lu pour le moment et je vais déjà voir comment mes premier-ère-s relecteur-trice-s vont voir les choses… Je vous tiendrai au courant mais je me dis qu’il faut bien commencer quelque part !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search