Contrôle de l’eau : nouveaux problèmes, anciens problèmes

Le coût environnemental d’équipements qui nécessitent une énorme irrigation dans des régions arides commencent à être l’objet de sérieuses discussions (ici le Desert Willow Golf Course dans le désert du Nevada).

L’ouest des Etats-Unis et du Canada ont dû faire face ces dernières années à des vagues de chaleurs inédites. Le sud de la Californie doit aujourd’hui s’adapter à de graves problèmes de pénurie d’eau. Dans une région connue pour ses golfs verdoyants et des pelouses manucurées encadrées de fiers palmiers, comment obtenir que les habitants réduisent leur consommation d’eau ? Les requêtes polies des autorités ne fonctionnent apparemment pas toujours de manière efficace et dans certaines zones, des réducteurs de débit sont installés entre les canalisations de la ville et celles qui permettent d’alimenter les maisons particulières.

Ce n’est pas que les autorités de Los Angeles n’avaient pas d’autres moyens de pression : des amendes sont en effet imposées à ceux qui tirent plus d’eau que les quantités autorisées et le commun des mortels s’est résolu à voir son jardin brunir sous le soleil, mais ces amendes ne sont pas assez élevées pour les plus riches qui peuvent les payer sans sourciller et continuer à arroser pelouses et hortensias… Les réducteurs de débit (un tout petit bidule très simple à installer) sont donc des sanctions spécifiques pour que ceux que les amendes ne freinent pas soient quand même logés à la même enseigne que les autres.

Le murmure des fontaines dans un environnement verdoyant : un idéal agreste particulièrement prisé des citadins du Ier siècle (fresque de la Casa del Bracciale d’Oro à Pompéi).

Au tout début du Ier siècle après J.-C., Sextus Iulius Frontin est l’administrateur des aqueducs de la ville de Rome. Il écrit un traité sur sa mission et explique comment sont réparties les quantités d’eau en provenance des grands aqueducs publics dans la ville et dans sa proximité immédiate. Grosso-modo : la maison de l’empereur, les usages publics comme les grands bains et les fontaines de rue, et les usages privés. Dans ces usages privés, on trouve certains usages commerciaux et artisanaux (comme les thermes privés, les ateliers de teinturerie et les blanchisseries, l’arrosage des jardins maraîchers…) et les demeures des plus riches habitants qui ne se servaient pas de cette eau courante pour la boire, faire la cuisine ou pour se laver (pour ça, une visite aux thermes publiques et l’eau de pluie recueillie dans des citernes suffisait), mais pour arroser leur jardin d’agrément, et surtout pour alimenter des fontaines et des jeux d’eau qui ne pouvaient fonctionner que grâce à la pression du réseau public. Bien sûr, ce type d’embellissement ne concernait que les plus riches domus. On observe donc qu’en Californie comme dans l’empire romain, l’eau participe à une certaine forme de luxe qui a pour fonction de reproduire une nature luxuriante largement fantasmée.

Le parallèle ne s’arrête pas là. On trouve des canalisations un peu partout dans l’empire (le réseau est assez bien étudié à Pompéi malgré des arrachages anciens) et Frontin explique très bien, dans le cas de Rome, comment le personnel des aqueducs venait installer une canalisation du diamètre voulu pour que la maison (mais aussi l’atelier ou le jardin maraîcher) ne puisse utiliser que la quantité attribuée par les autorités. Le problème avec lequel Frontin, et d’autres avant lui, et d’autres après lui, s’arrachait les cheveux, c’est que les particuliers changeaient le tuyau pour obtenir plus d’eau, voire perforaient carrément les canalisations de la ville pour s’y raccorder sans autorisation. Je pense que, pour plusieurs raisons, le réseau des aqueducs de Rome était sous tension et que les besoins sans nul doute créé par le développement de la technologie hydraulique dépassaient largement les quantités disponibles. C’était peut-être aussi le cas, dans une moindre mesure, dans d’autres villes romaines.

La grande différence entre le monde antique et l’époque contemporaine, c’est qu’à Rome, les plus riches avaient le droit d’accéder à l’eau courante, parfois même gratuitement, précisément parce qu’ils étaient plus riches. Cela entrait quand même sans doute dans une relation un peu donnant / donnant : parce qu’ils prenaient en charge une magistrature de la cité, parce qu’ils soutenaient l’empereur, parce qu’ils avaient offert leur protection ou un équipement urbain à leur cité… Mais évidemment, sans leur richesse, ils n’auraient pu offrir ces équipements à leur cité, et leur soutien à l’empereur n’aurait sans doute pas été aussi activement remercié. On pense bien sûr que notre attitude a largement évolué mais, à certains égards, cela reste sans doute encore à voir.

Mais les autorités romaines étaient prises entre deux feux, ce que révèlent notamment des décisions impériales du IVe siècle qu’on trouve dans le Code Théodosien et dans le Code de Justinien. D’un côté elles devaient garantir le droit de l’élite à exhiber ses richesses qui se manifestait en partie à travers le luxe des demeures aristocratiques et donc à travers un large accès à l’eau courante. Cela participait à une certaine cohérence de l’édifice social (très) pyramidal, où si les riches étaient riches, c’est qu’ils le méritaient bien. Mais de l’autre côté, les aqueducs publics étaient sollicités de toutes parts : et notamment, ce qui est encore je pense sous-estimé, pour des usages productifs comme les ateliers mais aussi l’irrigation des cultures autour des villes. Et les autorités devaient bien sûr garantir que personne ne prélève davantage que la part qui lui était attribuée. Evidemment, il faut ajouter à cela que la technologie crée le besoin : une fois que l’ingénierie hydraulique existait, tout le monde voulait de l’eau !

Ce qui pourrait peut-être inspirer les autorités américaines, c’est le type de sanction que prenaient les romains lorsqu’ils étaient vraiment excédés par les fraudes. Ils confiscaient purement et simplement les propriétés pour lesquelles les détournements avaient été effectués ! Un peu expéditif, et sans doute pas si efficace si on en juge par la répétition des menaces dans la législation des aqueducs au long de plusieurs siècles…

Pour les plus aventureux:

Grimal, Pierre, éd. Frontin. De aquae ductu Vrbis Romae. 3e éd. Paris: Les Belles Lettres, 2003.

Dessales, Hélène. Le partage de l’eau : fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine. BEFAR, 351. Rome: École Française de Rome, 2013.

Bruun, Christer. The Water Supply of Ancient Rome: a Study of Roman Imperial Administration. Helsinki: The Finnish Society of Sciences and Letters, 1991.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search