Les “landscape studies”, une histoire environnementale pour les antiquisants ?

Les 27-26 Février prochain, je participerai à une conférence (en ligne, cela va sans dire) consacrée au paysage dans le monde antique, organisée notamment sous le patronage de l’Université de Foggia : Landscape 2, crisi e resilienza del mondo antico. Le thème du paysage est d’ailleurs porteur en ce moment : la prochaine édition de la conférence annuelle de l’European Association of Archaeologists (EAA) met à l’honneur le thème des interactions société/environnement et plusieurs sessions sur le monde antique évoquent la question du « paysage ». Le terme de landscape ou de paysage est très pratique et peut se mettre à peu près à toutes les sauces. On parle ainsi de paysage funéraire, de paysage agricole, de paysage péri-urbain… Mais je me demande pourquoi le terme fait florès dans les études sur l’antiquité alors qu’on y parle rarement d’« histoire environnementale » ?

Les historiens de l’antiquité se placent, en effet, rarement sur le terrain de l’histoire environnementale. Un coup d’oeil sur le sommaire de la revue anglaise Environmental History montre une domination presque sans partage de l’histoire contemporaine (et un petit peu moderne). Les antiquisants ne connaissent donc pas cette revue, ou ils n’ont pas envie d’y contribuer. En retour, il ne semble pas que les spécialistes d’histoire environnementale nous situent très bien. Il n’y a qu’à vérifier la bibliographie de l’Introduction sur le sujet dans la collection Repères : on y trouve une seule entrée en histoire antique. Le plus étonnant, c’est qu’on ne manque pas d’étude sur les relations entre les sociétés de l’antiquité et leur environnement : je ne m’étendrai par sur la liste, mais on peut citer parmi les noms les plus connus J. D. Hughes, Robert Sallares ou Nicholas Purcell. En France, il faut bien sûr mentionner les travaux de Philippe Leveau. Alors pourquoi les antiquisants n’ont-ils pas leur place bien à eux dans le champ de l’histoire environnementale ?

Peut-être faut-il se demander en premier lieu quelle différence il y a entre histoire environnementale et histoire du paysage ? Motivée à l’origine (i.e. dans les années 60, 70) par une prise de conscience politique et écologique, l’histoire environnementale s’attache toujours aujourd’hui à mettre en évidence et à dénoncer les changements brusques et souvent dramatiques que l’humanité a fait subir à son environnement dans les derniers siècles, voire les dernières décennies de son histoire : déforestation massive, détournement des cours d’eau, épuisement des sols, pollutions en tous genres. C’est un mouvement historiographique qui, comme d’autres nés à la même époque, revêt une connotation clairement militante et entend faire comprendre comment on en est arrivé à faire de la planète ce qu’elle est actuellement. Au contraire, il me semble que l’histoire du paysage, qui évoque davantage la longue durée, celle d’un environnement “mis à distance” d’une certaine façon convient mieux aux antiquisants, archéologues et historiens, qui s’intéressent à une période révolue. Pas simple, en effet, de comprendre quelles conséquences peut avoir aujourd’hui une exploitation des ressources mise en oeuvre il y a 2000 ans.

Alors, l’histoire du paysage est-elle une histoire environnementale pour les antiquisants ? C’est souvent mon impression, et je l’écris avec d’autant plus d’assurance que j’ai été / suis encore partie prenante de cette tendance. Mais, est-ce que c’est grave ? Au-delà d’un évident problème de visibilité, je pense qu’un tel cloisonnement n’est bon ni pour l’histoire antique, ni pour l’histoire environnementale. Je m’explique. Si l’histoire environnementale a une portée militante – ce qui est clairement le cas encore et plus que jamais aujourd’hui – les antiquisants devraient se demander comment ils peuvent contribuer au débat existentiel qui anime notre époque, celui des rapports que les êtres humains entretiennent avec leur milieu. Le phénomène ne date pas d’hier et les romains en particulier s’y connaissaient en matière de destruction. En témoigne très amplement le paysage (encore lui !) de la région aurifère de Las Medulas au nord-ouest de la péninsule Ibérique, qui en quelques siècles (du Ier au IIIe) fut dramatiquement transformé par la recherche du minerai. La méthode d’extraction est appelée par Pline « ruina montium », c’est tout dire ! À la même époque, le même Pline rapporte qu’en Italie, pourtant riche en minerai, l’exploitation est interdite ou fortement contrôlée (Naturalis Historia 3.20.138 et 33.21.78).

La zone aurifère de Las Medulas est le théâtre d’une exploitation à très grande échelle par les Romains, du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. après. La technique particulière de fragmentation de la roche décrite par Pline (Naturalis Historia 33.21.73) a laissé une empreinte spectaculaire dans le paysage.

Alors que l’avenir des classical studies fait l’objet de nombreux questionnements, et il faut le dire de craintes, les antiquisants ont tout à gagner à s’engager dans la réflexion actuelle sur la gestion des ressources naturelles. Car nous pouvons nourrir le débat d’une façon significative : en montrant qu’il faut se garder d’une vision fantasmée de sociétés antiques qui auraient vécu en harmonie avec leur environnement, ou au contraire en perpétuelle lutte pour leur survie. Comprendre et expliquer pour quelles raisons, avec quels objectifs et quels moyens les empereurs romains, pour ne parler que d’eux, n’hésitaient pas à détruire des montagnes en Espagne mais en protégeaient d’autres en Italie ; rappeller, surtout, que l’exploitation des ressources et des milieux n’est pas le produit de lois éternelles et inaltérables, mais résulte de nos choix et de nos priorités, au Ier s. comme au XXIe.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 19/04/2021

    […] résulte de choix et de priorités, au Ier siècle comme au XXIe, comme je l’écrivais déjà ici. Nous pouvons donc utiliser l’empire romain comme un « autre », et cette altérité doit […]

  2. 30/11/2021

    […] je le disais il y a peu de temps ici, l’étude de l’antiquité classique et l’histoire environnementale ont tendance […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search